Abel Albonetti sur comment il a gagné (et garde) ces abdominaux

Nick Collias: Bonjour tout le monde! Bienvenue à Boise, Idaho. Ce n'est pas Dubaï, mais ça ira.
Faire? Dubai? Hein? Est-ce une blague de papa pour toi? Nous sommes au siège de Musculation-Experts. Je suis Nick Collias, rédacteur en chef de cet auguste établissement. À ma droite, Heather Eastman, une autre rédactrice et une ancienne maniaque du physique.

Heather Eastman: Ooh, physique maven, c'est un nouveau.

Entaille: Et puis, de l’autre côté, nous avons Abel Albonetti.

Abel Albonetti: Salut à tous.

Entaille: Il nous rejoint ici. Tu l'aimes pour ses abdos, je le déteste pour ses cheveux. Il est un athlète Musculation-Experts et MuscleTech, concurrent du Classic Physique Hommes?

Abel Albonetti: Pas classique, non. Physique des hommes. Physique des hommes, oui.

Bruyère: Physique des hommes.

Entaille: Ok, et tout le monde me dit aussi, un de ces gars que vous voyez sur la page, ou que vous voyez sur votre téléphone, puis vous le voyez en personne et ensuite vous dites: "Oh, tu es plus gros que je ne le pensais. être." Entendez-vous beaucoup cela?

Abel Albonetti: C'est toujours bon à entendre, oui.

Entaille: Et aussi, il est la star d'un nouveau programme ici sur Musculation-Experts All Access, "30 Days to your Best Abs", je crois qu'il s'appelle.

Bruyère: C'est correct. [Editor’s note: The program launched recently as « 30-Day Abs with Abel Albonetti. »]

Entaille: Et c'est ce qu'il est en train de filmer parmi beaucoup d'autres choses.

Bruyère: Entre autres.

Entaille: Nous avons sorti une tonne de séances d'entraînement avec ce gars. Maintenant, nous avons fait une vidéo de profil de vous il y a quelques années – le Fitness 360, comme nous les utilisions auparavant – où nous entrons un peu dans votre historique, juste pour dire d'où vous venez et comment vous avez commencé. Mais je voulais en parler un peu pour les personnes qui n'ont pas vu la vidéo. Parce que ce n'est pas le même vieux, comme, "Hey, je me suis blessé en jouant au football au lycée et j'ai décidé de soulever tout le temps" vidéo.

Abel Albonetti: Oh, d'accord, les histoires normales, oui.

Entaille: Alors, qu'est-ce qui t'a fait commencer au gymnase? C'était chez vous, est-ce que je comprends, n'est-ce pas?

Abel Albonetti: Oui, c'était chez moi. Eh bien, j'ai grandi, je suis l'un des douze frères et sœurs …

Entaille: Douze!

Abel Albonetti: … donc, grande famille. Et alors, mon père avait comme un poids, quand j'avais treize ans. Il l'a descendu du grenier et j'ai commencé à travailler à partir de là. Et c’était vraiment juste des amis qui venaient, nous essayons de voir qui peut le plus appuyer au banc et tout ce genre de choses, comme la plupart des gens commencent avec. Et puis, vers dix-sept / dix-huit ans, j'ai aussi été scolarisé à la maison toute ma vie. Alors…

Entaille: Mais c'était toujours une grande classe.

Bruyère: Oui, c'était une classe complète.

Abel Albonetti: Complètement.

Entaille: Vous pensez "école à la maison", vous pensez …

Abel Albonetti: Ouais. Mais étant scolarisé à la maison, vous ne pouvez pas y aller et faire du sport au lycée. Donc, je n'ai pas pu aller jouer au football, au baseball, etc. Donc, ce que j'ai fait, c'est qu'après avoir fini mes études, j'ai eu un travail à temps partiel. Et nous avons vécu à la campagne. Donc, si je voulais aller n'importe où, à l'épicerie, au gymnase, je devrais conduire au moins trente à quarante minutes. Mais j'avais un travail à temps partiel à environ quarante-cinq minutes de chez moi. Donc, dès que j'ai eu fini de travailler, j'allais directement au gymnase. Ainsi, pendant le temps où tous mes amis jouent au football ou au baseball, je me préparais à la gym. Et donc, j'ai commencé à travailler sérieusement vers l'âge de dix-sept ans.

Et à peu près à ce moment-là, si nous voulons parler de la façon dont j’ai commencé dans le domaine de la modélisation, j’étais au gymnase et ce gars-là, c’est moi qui l’a pris, il m’a constamment approché. Il était … une agence à Memphis. J'habitais à Memphis, au Tennessee, à l'époque. Et il venait constamment me voir au gymnase et me disait: "Hé, mec, si … tu dois faire de la modélisation, tu dois examiner le mannequin, je pourrais te trouver un emploi ici et …" honnêtement beaucoup. J'étais comme d'accord, je ne voulais pas vraiment faire ça. Et en bref, il m'a finalement fait venir dans son agence à Memphis. Et je suis allé là-bas et il m'a dit, m'a promis le monde, je pourrais faire ceci, faire cela, aller à New York. Tout ça. J'étais comme n'importe quoi, peu importe. Et donc, j'ai fini par faire des trucs de piste pour Dillard et Macy et des trucs là-bas.

Entaille: Comme en fait sur la piste?

Abel Albonetti: Eh bien, c'était à Memphis, donc ce n'était pas New York ou quoi que ce soit.

Entaille: Ou Paris?

Abel Albonetti: Exactement. Non, c'était comme des trucs locaux.

Entaille: Sur la piste réelle.

Abel Albonetti: Oui, c'était sur une piste. Et alors, j'ai fait ça et c'était très amusant. Donc, à partir de là, j'ai démarré mes médias sociaux, comme Facebook. C'est à ce moment que les pages Facebook ont ​​été mises en ligne. Donc, c'était juste pour commencer. Alors j'ai commencé ça et je savais que je voulais faire quelque chose dans l'industrie du fitness. Je n'étais pas sûr, vous savez, quoi vraiment.

Entaille: Vous êtes toujours sur la barrière avec la mode.

Abel Albonetti: Exactement, parce que je faisais le truc de la piste et que je faisais un peu comme une séance photo. Quand je me suis retourné, je pense que j'ai vingt ans, c'est quand j'ai commencé à créer des lignes de vêtements pour, vous savez, comme Rue 21, juste différentes, comme des lignes de vêtements pour adolescents.

Entaille: Big Bangs, je me souviens à l'époque.

Abel Albonetti: Oui, j'avais les cheveux de Justin Bieber.

Bruyère: Dis les cheveux de Bieber, oui!

Abel Albonetti: Les cheveux de Justin Bieber, et c'était mon look depuis un moment. Même dans l'industrie du fitness, je veux dire que j'avais ces cheveux pendant quatre ou cinq ans après, parce que tout le monde était comme …

Entaille: Un swole Justin Bieber.

Bruyère: Plutôt.

Abel Albonetti: Oui, c'est comme ça que j'ai été appelé. À l'époque, c'était avant Justin Bieber. Donc, c'était comme le look Zac Efron.

Entaille: Tu étais le Bieber avant Bieber.

Abel Albonetti: Exactement, il m'a copié. Donc, vous savez, à partir de là, je faisais les lignes de vêtements et ma dernière ligne de vêtements, les gens m'ont emmenée par avion, et c'était exactement ce que vous avez dit, "Tu es plus grand en personne." Alors, j'ai essayé de me glisser dans ces vêtements et ils m'ont dit "Tu deviens trop grand." Vous savez, alors, je devais prendre une décision aussi loin que si je voulais continuer à travailler dur, pour aller dans le monde du fitness. Et alors, j'aime m'entraîner, alors j'étais comme, non, je veux faire autre chose. Donc, à cette époque, je me suis penché sur la modélisation de la condition physique parce que c’était des personnes comme Greg Plitt, sur lesquelles je devais faire des recherches, et c’était comme le premier que j’avais regardé. Parce qu'avant, c'était tout, les seules personnes qui réussissaient dans l'industrie étaient des personnes comme Jay Cutler, les énormes bodybuilders. Les gars massifs. Et je n'ai jamais voulu ressembler à ça. Je veux dire que j'aimais bien, je levais les yeux vers les gens comme ça, mais je savais que je ne voulais pas ressembler à ça. Ce n'était pas un objectif.

J'ai donc commencé à étudier davantage de recherches telles que Greg Plitt, à chercher dans les magazines Musculation-Experts, à effectuer des recherches. Et j'ai trouvé des personnes qui semblaient réussir dans l'industrie, juste pour être un beau mec. Cela semblait possible. Et donc, j'ai décidé de faire ça, alors je suis passé complètement des lignes de vêtements à faire plus de fitness. Et à partir de là, j'ai travaillé avec des agences à New York pour faire différentes campagnes pour différents modèles et modèles. Donc, je suis allé à New York, je suis resté là-bas pendant environ quatre semaines, ne faisant que des séances de photo pour mon portfolio. Et puis, à peu près à ce moment-là, il y a eu une grande séance photo que j'ai dirigée vers Miami. C'était un grand photographe de fitness, il a tiré comme toutes les personnes principales. Et alors, je me suis envolé, j'ai fait une séance photo et à partir de là, il a commencé à poster mes photos. Et à ce moment-là, tout a commencé à exploser, à l'instar de mes médias sociaux et autres. Et à partir de ces prises de vues, mon compte Facebook est passé à près de deux millions. Et tout cela a lentement gagné en traction.

Entaille: Avez-vous eu plus de mode mainstream rattraper avec vous plus jamais? Là où c'est, peut-être que vous n'êtes plus trop grand pour nous, peut-être que nos goûts ont changé?

Abel Albonetti: Pas pour la plupart, non. Je n'ai rien fait avec ça. Je veux dire, je l'ai fait, après cela, quand j'avais 25 ans, à l'heure actuelle, j'ai 29 ans. Alors, quand j'avais 25 ans, j'étais bien dans le monde du fitness, j'ai fait des campagnes comme une publicité Sheex. C'est comme une marque de draps, de draps de performance.

Bruyère: Ouais.

Entaille: Hmm. Feuilles de performance? Je ne savais pas que ces existaient.

Abel Albonetti: Et j'étais dans People magazine pour ça, et tout.

Entaille: Quelle est la performance dans ces feuilles?

Abel Albonetti: Je n'en ai aucune idée, mais …

Bruyère: Utilisez votre imagination là-bas.

Abel Albonetti: Mais j'ai fait des trucs comme ça, mais à part ça, je n'ai jamais rien fait. Parce que pour être… des défilés à faire de la mode, ils veulent des gens qui mesurent 6'1 ". Et pour moi, être 5'11", trop court pour faire de vrais défilés. C'est pourquoi je n'ai même jamais vraiment beaucoup étudié la question. Parce que chaque fois que je le faisais auparavant, même les agences et les choses-là étaient du genre "tu es trop petit pour aller droit au but." Ils ne veulent tout simplement pas ça.

Entaille: Eh bien, je suppose que c'est vrai, j'entends parler des femmes aussi.

Bruyère: Eh bien, et vous ne pouvez pas vous glisser dans les vêtements, comme si, ils n'étaient pas taillés.

Abel Albonetti: Oui, ils ne sont pas faits pour les gens de ma taille.

Bruyère: Et c'est un problème avec les gars qui travaillent ici, parce que évidemment nous avons des bodybuilders dans le bâtiment. Et ils ne peuvent pas trouver de vêtements à leur taille.

Abel Albonetti: Droite. Je veux dire, même si l'industrie a changé en ce qui concerne les gens, même les poupées Barbie, ils ont tous des muscles maintenant. Mais dans le monde de la mode, il est toujours vrai que c'est comme les gars plus minces, il n'y a pas beaucoup de muscles qui sont grands. Toujours faire toutes les pistes et les lignes de vêtements. C'est juste la façon dont c'est encore. Donc, c’est, je ne sais pas quand cela va changer, ce sera probablement le cas plus tard, mais pour l’instant, cela reste à peu près le même.

Entaille: Droite. C'est intéressant d'entendre dire que oui, vous avez un gymnase à la maison. Il y avait peut-être une file d'attente pour le poste de presse du banc le jour international de la poitrine alors qu'il y avait douze personnes dans la famille. Mais vous deviez voyager pour aller au gymnase. Il fallait vraiment vouloir y aller.

Abel Albonetti: Oh oui.

Entaille: Qu'est-ce que cet endroit vous a représenté à ce moment-là? Ou quel était l’attrait de cela, mis à part vous savez, "j’aime le faire." Il fallait avoir une raison pour y aller.

Abel Albonetti: Oui, je veux dire le premier, quand j'ai commencé à aller au gymnase, je voulais être un plus grand gars. Je voulais battre mes amis, parce que j'ai toujours été une personne sportive. Et oui, j'aime …

Entaille: Tu n'avais pas de point de vente.

Abel Albonetti: Ouais, j'étais juste là pour vraiment montrer mes amis, honnêtement. Et c’est à ce moment-là que j’ai décidé d’aller, mais j’ai trouvé que j’adore le faire. Et à ce jour, je veux dire, je dis aux gens que, même si je ne voyais aucun résultat au gymnase en ce qui concerne physique … Beaucoup de gens ne me croient pas, mais je veux dire honnêtement que je vous le dis la vérité que je serais toujours aller même si je ne voyais pas les résultats physiquement, aussi loin que possible. Parce que j'adore y aller, je veux dire, c'est ce que j'aime faire maintenant.

Entaille: Sûr.

Bruyère: Droite. Bien, vous pouvez…

Abel Albonetti: Il s'est transformé en cela. Vous savez, au début ça ne l'était pas. Au début, il fallait aller au gymnase pour avoir une meilleure apparence ou, vous savez, pour mes amis, pour être plus fort que mes amis. Mais plus tard, peut-être que lorsque je suis devenu accro, après six mois ou un an d'entrainement, je me suis transformé en quelque chose de complètement différent.

Entaille: De qui avez-vous appris à cette époque? Comme, ce qui était …

Abel Albonetti: Je n'ai jamais eu d'entraîneur ou quoi que ce soit, c'était honnêtement juste faire des recherches dans des magazines et Musculation-Experts. Je lisais tous les articles de Musculation-Experts, je lisais tout ce qui se présentait. J'étais beaucoup sur BodySpace. C'est comme ça que j'ai tout appris, je n'ai jamais eu d'entraîneur ni quoi que ce soit.

Entaille: Prendre un entraînement et l'essayer, et voir comment cela fonctionne.

Abel Albonetti: Ouais, juste l'essayer et vraiment, j'étais l'une de ces personnes que, honnêtement, j'en ferais trop. Je serais au gymnase pendant deux heures ou deux, juste parce que je le voulais, je savais que si je voulais être la personne que je cherchais, si je voulais être là où il est. Je voulais y arriver plus vite que ce qu'il a fait. Et donc, je pensais dans mon esprit, si je restais dans le gymnase deux à deux heures et demie, travaillant beaucoup plus fort, je pouvais y arriver plus rapidement. Et pour l’essentiel, je pense que cela m’a beaucoup aidé. Peut-être en ai-je trop fait au début, mais je pense que cet état d'esprit m'a beaucoup aidé.

Entaille: Et puis tu rentrais à la maison et écrasais le garde-manger? Manger la famille hors de la maison et à la maison?

Abel Albonetti: Oh oui, je mangeais tellement de nourriture. Ma mère et mon père étaient comme: "Oh, mon Dieu."

Entaille: "Que faites-vous? Où allez-vous? Vous revenez si affamé."

Abel Albonetti: Oui, je n'ai pas eu de frère avant l'âge de sept ans. Donc, il y avait beaucoup de filles entre les deux. Sept filles et cinq garçons de ma famille. Donc, j'étais un peu dépassé en nombre là-bas, puis ce garçon est arrivé et je me suis dit: "Oh, dieu merci, merci."

Entaille: Un observateur, enfin.

Abel Albonetti: Oui exactement.

Bruyère: J'allais dire, je suis heureux que vous ayez évoqué le genre de faire exagéré. Parce que nous examinons certaines de vos séances d’entraînement et que nous nous disons: "Bon Dieu, ça va tuer quelqu'un", car il y a beaucoup d'exercices, beaucoup de volume.

Abel Albonetti: Même à ce jour, je fais toujours des tonnes de volume. Des tonnes de volume.

Bruyère: Et vos entraînements sont connus pour leur volume.

Abel Albonetti: Oui, ils sont.

Bruyère: Alors, était-ce quelque chose que vous venez de faire depuis le début? Ou est-ce quelque chose que vous avez appris par essais et erreurs? Avez-vous commencé, comme vous l'avez dit, à lire un article et à dire: «D'accord, je vais juste faire ces cinq exercices, trois séries», vous savez.

Abel Albonetti: Bien sûr, quand j'ai commencé à travailler, je ne connaissais pas grand-chose. La seule chose que je savais vraiment faire était plutôt des exercices de poitrine. Et la raison pour laquelle je savais comment faire cela, c'est parce que c'était en fait un film de Bruce Lee. Ils ont fait une sorte de documentaire sur lui, et c'était un gars qui jouait le rôle de Bruce Lee et ils l'ont montré au gymnase en train de faire des flyes, un développé couché et tout le reste. Et il a été le seul à avoir vu des vidéos faire les séances d'entraînement. Donc, à partir de là, j'ai un peu appris à faire les flyes et tout le reste.

Entaille: Montage de formation.

Abel Albonetti: Parce que ma famille était dans une très, j'ai grandi dans une famille très stricte. Nous n'avions ni télévision ni Internet jusqu'à l'âge de 18 ans. Donc, chaque fois que je devais regarder quelque chose sur YouTube, je devais aller à la bibliothèque. Donc, si je lisais des articles sur Musculation-Experts, j'irais à la bibliothèque, je les imprimerais. Mais en ce qui concerne la recherche de vidéos sur la façon de faire des choses, je ne l'ai pas fait parce que je n'avais pas le temps. Donc, je n'avais pas YouTube à regarder. Donc, les seules séances d'entraînement que j'ai eues étaient juste à travers cette vidéo de Bruce Lee. J'ai donc appris à partir de là comment faire différents exercices. Les gens qui viennent d'entrer dans la salle de gym, je ne recommanderais pas de faire le volume que je fais en ce moment. Les vidéos que je produis pour Musculation-Experts et sur mon propre canal sont destinées aux gens, ce sont mes entraînements. Donc, c'est comme pour les gens qui travaillent, ça fait plus de 12 ans que je travaille, vous savez très fort.

Donc, si quelqu'un qui était nouveau dans le gymnase y va et fait mon entraînement exact, oui, vous allez en faire trop. Parce que ton corps n'est pas habitué à ça. Vous devez construire votre corps à cette hauteur. Parce que si vous faites les entraînements que je fais, ouais, vous pouvez laisser tomber les sets et laisser tomber certaines choses pour que cela fonctionne pour vous. Parce que vous n'avez pas besoin de faire autant de volume et de travailler dur pour obtenir les mêmes résultats. Honnêtement, vous voulez faire le moins de travail possible pour le plus grand bénéfice.

Entaille: Une séance d'entraînement que vous pouvez réellement récupérer.

Abel Albonetti: Exactement. Certaines personnes pourraient y aller et faire la moitié des sets que je fais et en tirer profit. Ils pourraient construire du muscle, ils pourraient perdre de la graisse corporelle. Mais pour quelqu'un comme moi qui travaille depuis des années, il me faut beaucoup plus d'efforts pour obtenir des résultats.

Bruyère: Alors, travaillez-vous toujours deux heures et demie par jour?

Abel Albonetti: Non, je l'ai laissé tomber. Je l'ai laissé tomber à environ une heure et demie maintenant. C'était beaucoup plus reposant. Donc, quand j'y entrerais, je travaillerais fort, mais je ne chronomètrerais pas mes sets et tout le reste. Alors, j'y allais et faisais un banc de presse, mais ensuite restais assis là pour aller chercher de l'eau, ne sachant pas que je prenais peut-être deux minutes de repos. Maintenant, je chronomètre en fait toutes mes périodes de repos. Donc, c'est toutes les 60 à 90 secondes que je recommence. Donc, cet entraînement est plus condensé, il a à peu près le même volume et le même volume, mais il est condensé.

Entaille: Cela ressemble davantage à un défi cardiovasculaire.

Abel Albonetti: Oui, je brûle beaucoup plus de calories que si je me reposais beaucoup plus.

Entaille: Je me souviens, je pense que c’était l’encyclopédie Arnold, de l’Encyclopédie Arnold, a-t-il déclaré: "Les culturistes et les coureurs, les coureurs de marathon ont plus en commun que vous ne le pensez." Une journée difficile d'une heure et demi, deux heures, c'est un marathon à sa manière. Comment avez-vous trouvé que le simple fait de chronométrer vos périodes de repos vous permettait de rattraper votre retard, ou avez-vous vraiment dû commencer à donner la priorité à la cardio pour préparer votre entraînement épique?

Abel Albonetti: Eh bien, le cardio a son propre rôle. Je vais normalement faire du cardio, et bien, cela dépend de la saison dans laquelle je suis. Vous avez votre hors-saison, votre pré-concours ou votre séance photo. Et quoi qu'il en soit, je fais du cardio tout au long de l'année, car cela vous aidera également dans vos entraînements. Parce que si votre système cardio-vasculaire n’est pas élevé, vous allez souffrir même juste en période d’entraînement. Quand je vais en basse saison, je vais faire du cardio peut-être juste une ou deux fois par semaine maximum. Parce qu'à ce stade, j'essaie de construire le plus de muscle possible. Et pour moi, étant dans le monde du fitness lorsque j'essaie de rester en forme, j'essaie de rester juste à dix pour cent ou moins de graisse corporelle toute l'année.

Donc, pendant la saison morte, je ne ferai que deux séances de cardio max. Et ça va être de haute intensité. Donc, ça ne va pas être votre faible …

Entaille: Deux par …?

Bruyère: Ouais.

Abel Albonetti: Deux par semaine. Oui, deux par semaine.

Entaille: J'allais dire deux séances de haute intensité par jour. Seulement deux.

Bruyère: Seulement deux par jour.

Abel Albonetti: Seulement deux, non non non, une semaine. Donc, ça va être comme un sprint ou quelque chose comme faire battre mon cœur haut et me reposer. Et cela ne durera que 15 à 20 minutes environ. Maintenant, lorsque je me lance dans une séance photo ou un concours pré-photo, que je me prépare à tout, je monte en puissance, je fais peut-être trois sessions HIIT par semaine, puis une intensité faible les autres jours de la semaine. , juste pour être prêt pour une séance photo ou pour essayer de perdre de la graisse corporelle.

Entaille: Droite.

Bruyère: Oui, mais vous faites un très bon travail en ce sens que, presque, toujours prêt pour la scène.

Abel Albonetti: Différentes personnes ont des gènes différents. Ma famille, mon père est un chemin de fer. Je veux dire, il a 50 ans et il est maigre, il peut manger n'importe quoi et rester maigre toute l'année. Donc, pour moi, même à l'adolescence, j'ai toujours été un ardent défenseur. Mon corps aime rester relativement dans un faible pourcentage de graisse corporelle. En vieillissant, j'ai bien sûr beaucoup plus surveillé mon alimentation que lorsque j'étais adolescente. Parce que je pourrais manger cinq hamburgers par jour tout en ayant des abdominaux. Ce n’était donc pas un problème jusqu’à ce que j’atteigne l’âge de 25 ans et je dois maintenant surveiller mon alimentation un peu plus. Mais honnêtement, je pouvais honnêtement manger comme une personne normale, trois à quatre repas par jour, comme les gens normaux maintenant, manger du fast-food, etc., et je resterais relativement maigre. Juste parce que mon corps est naturellement comme ça. Beaucoup de gens ne peuvent pas faire ça. Donc, je suis un peu béni de cette façon.

Entaille: Alors, est-ce que vous deviez commencer à chercher "Comment Greg Plitt mange-t-il vraiment?" Et comme, tu sais, suis la droite …

Abel Albonetti: Et c’est une chose qui a tellement changé, c’est mon régime alimentaire au fil des ans. Les entraînements sont restés relativement les mêmes, bien sûr, je devais le faire, chaque saison ou quand je me prépare pour une séance photo, cela change un peu lorsque mes périodes de repos changent. Mais tout le temps que mes séances d'entraînement ont toujours été, au début de la séance, je vais essayer de soulever le plus lourd possible, obtenir les mouvements composés, puis tout au long de la séance, je ferai plus de mouvements d'isolation et j'irai pour plus de volume. C'est comme ça que mes séances d'entraînement ont toujours été.

Entaille: Assez classique.

Abel Albonetti: Ouais, assez classique. Mais au cours des années, les régimes ont tellement changé. Parce qu'il y a différentes recherches, je lis des choses différentes, je veux essayer différentes choses. Donc, quand j'ai commencé, à l'époque, il s'agissait de faire tomber vos graisses. Super faible, si vous voulez perdre de la graisse corporelle, vous devez supprimer toutes vos graisses. Et l'homme, ça m'a déchiré. Je veux dire que je ne vais pas vous mentir, c'était une mauvaise idée. Alors j'irais …

Entaille: Juste en termes de ne pas se sentir bien?

Abel Albonetti: Ne pas se sentir bien et être un gars naturel et tout. Ma testostérone a chuté, même quand j'étais jeune, 20 ans, je pense que j'avais 22 ans à l'époque ou quelque chose comme ça. Donc, j'étais nouveau dans ce sport et je ne faisais que suivre un régime. J'ai donc suivi un programme de régime alimentaire de douze semaines et … lentement, j'ai juste ajusté toutes mes calories et laissé tomber ma graisse très faible, et je me sentais simplement horrible, ce n'était pas le cas. une bonne alimentation.

Entaille: Droite.

Abel Albonetti: Donc, je veux dire, certaines personnes peuvent très bien le faire, cela dépend de qui vous êtes. Donc, je veux dire …

Entaille: Certaines personnes se sentent également mal à l'aise.

Bruyère: Ouais. Certains concurrents aiment vraiment ce sentiment.

Abel Albonetti: Ouais. Je fais aux quatre dernières semaines. Donc, si j'ai une séance photo et que je m'approche de la situation et que je ne me sens pas triste, environ quatre semaines avant cette séance, je me sens mentalement, je ne me sens tout simplement pas prête. Juste parce que je ne me sens pas mal. Ce qui est tellement bizarre de penser que vous pourriez avoir fière allure dans un miroir, mais si vous ne vous sentez pas mal, vous avez le sentiment que vous auriez pu en faire plus. Ce qui est tellement étrange.

Entaille: Droite. Ça doit être difficile de s'en sortir.

Abel Albonetti: Oui, c'est très difficile de s'en sortir. Je n'ai eu que peut-être deux ou trois préparations que je me sens vraiment bien tout au long de la préparation, et à la fin de celle-ci, vous dites: "Wow, ce n'était pas si grave." Mais tous les autres, vous savez, il semble que vous deviez creuser profondément et vous vous sentez horrible.

Bruyère: Alors, quand as-tu changé, quand as-tu en quelque sorte compris que tu avais besoin de graisse? Et maintenant, je crois que vous faites une version du cyclisme en glucides, alors, en quelque sorte … parlez de cela.

Abel Albonetti: Ouais. Donc, il y a peut-être quatre ou trois ans, je faisais des recherches et j'ai découvert que le régime alimentaire consistait, au début, à consommer moins de glucides.

Entaille: Ah, le vieux John Kiefer.

Abel Albonetti: Ouais. Exactement, alors j'ai lu sur lui.

Entaille: Absolument.

Abel Albonetti: Ouais, je ne sais même pas, fait-il encore quelque chose parce que je pense que toutes les recherches se sont déroulées comme du kaput, je ne sais pas …

Entaille: Je ne sais pas, il a fait quelques morceaux pour nous … Ouais, je veux dire, je connais toujours des gens qui aiment cette approche.

Abel Albonetti: Vous voyez, je l'utilise encore, je l'utilise encore, mais pour moi, ce n'est pas vraiment pour perdre de la graisse corporelle, ce n'est pas un programme de régime pour moi de perdre des tonnes de graisse corporelle comme je le faisais auparavant. J'avais l'habitude de penser que c'était, en lisant toutes ses histoires, que c'était comme si c'était un truc méga majeur que vous pouvez simplement perdre de la graisse corporelle en mangeant vos glucides tout au long de la journée …

Entaille: Plan de coupe ultime, non?

Abel Albonetti: Le plan de coupe ultime, et j’ai trouvé que ce n’était pas le cas, pour moi, c’était plus que de l’énergie. Parce que, le matin, si je me levais le matin, je trouvais que, parce que je travaillais, j’étais entraîneur personnel il ya trois ou quatre ans, dans un gymnase. Je me levais donc tôt le matin pour prendre un petit-déjeuner typique de musculation: des flocons d'avoine, vos protéines, des blancs d'œufs, etc. Et vers 11 ou 12 heures, j’ai ressenti le besoin de faire une sieste et je me sentais horrible, j’étais vraiment vidée. Et alors, je savais que je devais changer quelque chose, je n'étais pas sûr de ce que c'était. Et à peu près à ce moment-là, j'ai trouvé le backloading en glucides

Entaille: Pour être clair, c'est comme si vous les restreigniez vraiment très fort pendant la journée, n'est-ce pas? Vous aimez presque pas de glucides pendant la journée?

Abel Albonetti: Yeah Yeah.

Entaille: Et puis vous les avez seulement après un certain temps, pour les personnes qui ne le connaissent pas.

Abel Albonetti: Oui, donc, les réserves de glucides, oui, vous avez toutes vos graisses saines le matin. Donc, vous avez vos protéines et vos graisses saines qui, pour moi, c’était comme de l’huile de coco, ça pourrait être du bacon, ça pourrait être des œufs entiers. Donc, toutes vos graisses sont le matin. Et puis vous allez y aller toute la journée jusqu’aux alentours. Pour moi, quand j’avais travaillé dans l’après-midi, il était environ 5 heures. Donc, en fin d’après-midi, vous vous entraînez, puis vous avez toutes vos sources de glucides après votre séance d’entraînement. Et les glucides sont comme du riz blanc, donc, tout ce qui absorbe rapidement, des céréales, tout ça. Et j’ai trouvé que, faisant cela, j’avais plus d’énergie et j’ai trouvé cela étonnant, car je pouvais aller manger mes graisses le matin et avoir de l’énergie vers 11-12 heures, toute la journée, avoir une énergie constante au lieu de chuter.

Et donc, à partir de là, j’ai en quelque sorte évolué, passant de la rétroprojection de glucides au cyclisme des glucides. Ainsi, lorsque je serai prêt pour une séance photo ou quelque chose du genre, je découvrirai, par souci d’énergie, que je commencerai par une journée basse. Alors, disons que j'ai une préparation de 12 semaines pour laquelle j'essaie de me préparer. Je ferai un jour de glucides très faibles, voire nuls, à part les légumes. Donc, il y aura probablement environ 50 en dessous de glucides. Et puis j'aurai une journée moyenne le deuxième jour et ensuite une grande journée. La journée moyenne sera peut-être autour de 150 glucides, et le jour de pointe, elle se situera entre 200 et 300 glucides. Et puis je recycle ça jusqu'à ce que …

Entaille: Juste un, deux, trois, un, deux, trois …

Abel Albonetti: J'arrête de perdre … Un, deux, trois, oui. Jusqu'à ce que j'atteigne un plateau et que je fasse un suivi sur la balance. L'échelle n'est pas toujours un excellent moyen de mesurer cela.

Bruyère: Juste une façon de mesurer.

Abel Albonetti: Mais c'est un excellent moyen si vous le faites en l'espace de deux semaines peut-être, chaque jour. Je pense que c'est une mauvaise idée, car c'est un jeu de l'esprit et que vous dites: "Eh bien, je n'ai pas perdu de poids aujourd'hui". et hier … ou: "Je me suis réveillé aujourd'hui et j'étais plus lourd." Et l'ampleur, tout change en fonction de la difficulté de votre entraînement, car même si vous avez effectué un entraînement très difficile pour les jambes la veille, vous retiendrez beaucoup d'eau dans les jambes.

Et ainsi, cela pourrait varier sur l'échelle et c'est un jeu de l'esprit. Donc, pour moi, j'aime bien me peser tous les trois jours ou quelque chose comme ça, puis à la fin des deux semaines, voir où j'en suis. Notez tout, assurez-vous de savoir où vous en êtes et ce que vous faites. Et puis changez-le. Donc, alors je ferai deux jours très bas et l'autre jour sera comme un jour riche en glucides et le cycle à travers. Et puis à la fin de la préparation, je veux dire que je creuse en profondeur, mais j’aime bien trois jours, très peu à peu de glucides, et le quatrième jour, j’aurai …

Entaille: Plongez dans un bol de riz.

Abel Albonetti: … Peut-être 200-300 … Ouais, exactement. Et ce que cela fait, ça épuise lentement votre énergie, vous vous sentez comme de la merde à la fin de ça, mais vous avez ensuite cette journée riche en glucides pour avoir plus d’énergie. Et j'aime bien, les jours où il y a beaucoup de glucides, c'est normalement quand je vais travailler les plus gros groupes musculaires, donc ça va être les jambes ou le dos. Et je trouve, pour moi de toute façon, que c'est la meilleure façon de garder mon énergie pendant … tout au long de cette préparation. Bien souvent, à l'époque, je réduisais lentement et je ne réglais mes glucides qu'une semaine ou toutes les deux semaines, et je les laissais simplement tomber jusqu'à ce que j'arrive à …

Entaille: Oui, c'est plus difficile de sortir aussi.

Abel Albonetti: Ouais, 10 ans, et puis, ouais, c'est plus dur pour ton corps, aussi, et j'ai trouvé que je me sentais bien pire en le prenant juste en prenant mes calories, mais en le faisant de cette façon avec le cyclisme en glucides, j'ai trouvé que c'était juste plus facile et les calories ne changent pas tellement ce qui est un peu étrange, les calories restent à peu près les mêmes. Mais les jours où les glucides sont faibles, mes graisses vont être plus élevées, puis les jours où les glucides sont élevés, elles vont diminuer. Donc, les calories s’adaptent, les macros s’adaptent, mais les calories restent pratiquement les mêmes pendant tout ce temps, mes protéines restent à peu près les mêmes pendant tout ce temps. Pour moi, cela équivaut à 260 grammes de protéines par jour.

Entaille: Ce qui est une bonne quantité.

Abel Albonetti: Oui, c'est une bonne quantité.

Bruyère: C'est solide, oui.

Entaille: Donc, en dehors de ce que vous ressentez, comment vous sentez-vous comme si votre corps avait réagi, composition corporelle, à ces choses. Laquelle de ces choses vous a vraiment donné le niveau suivant pour pouvoir ajouter plus de muscle ou "Wow, c'est une coupe vraiment réussie."

Abel Albonetti: Ouais, je veux dire que je fais du vélo et du backload de glucides même pendant la saison morte lorsque j'essaie de développer mes muscles. Donc, je ne le ferai pas, pendant la saison morte lorsque j'essaie de construire, je n'ai pas de glucides à zéro glucides ou juste des glucides végétaux, je vais avoir une journée moyenne et ensuite sauter au plus haut jour mais je le ferais constamment cycle de glucides parce que je veux garder ma graisse aussi faible que possible tout en essayant de développer des muscles, car, à un moment donné, si vous accumulez autant de matières grasses et tous les nutriments que vous apportez à votre corps, cela ira toujours en graisse. Je pense que vous ne pouvez faire que tant de choses avant que les nutriments cessent d'aller au muscle. Et donc, je pense que même pendant une phase de gonflement, vous devez avoir ces jours moins caloriques ou moins glucidiques pour contrôler votre corps. Donc, je veux dire, je le fais toute l'année et, pour moi, tout est une question d'énergie. Si je me sens bien d'aller au gymnase, c'est ce que je veux. Parce que si je me sens mal, je ne vais pas avoir une très bonne séance d'entraînement.

Donc, quels que soient mes objectifs, que ce soit pour perdre du poids ou pour essayer de développer des muscles, si je me sens mal, je ne veux pas y aller, je ne m'entraînerai pas aussi fort, alors j'ai gagné. ne pas obtenir le bénéfice. Donc, pour moi, c'est tout ce qui me fait me sentir mieux chaque jour, c'est ce que je vais faire. Et, pour moi, j’ai trouvé que le backloading et le cyclisme en glucides sont le meilleur moyen de le faire.

Entaille: Nous devons ramener les carburations en carburants, mec. Ramène le.

Bruyère: Je pense qu'avec ce podcast, ça va revenir. Maintenant, avec cela, parce que lorsque vous faites du vélo, vous avez naturellement plus de tricheurs en ces jours où le taux de glucides est élevé. Alors, prenez-vous tout simplement une journée de congé ou ressentez-vous ce régime, car il en est ainsi, durable, il vous permet simplement de …

Abel Albonetti: Ouais, tu vois, je sais pas. Vous voyez, beaucoup de gens ont, je veux dire, moi aussi, comme le binging où vous auriez, d'accord, quand vous limitez votre consommation de glucides pendant un certain nombre de jours, puis le troisième ou le quatrième jour, ils ' D’accord, c’est bon, c’est la seule fois où je peux avoir ces glucides », ils vont se déchirer en quelques glucides et en abuser.

Entaille: Backloading Carb peut être coupable de cela aussi, comme si c'était le …

Abel Albonetti: Ouais, eh bien, le backloading en glucides est énorme.

Entaille: Comme avec les Pop-Tarts la nuit, genre de plan, non?

Abel Albonetti: Ouais, eh bien, c'était le glucide, quoi, le Carb Nite, je pense?

Entaille: Carb Nite, c'est ça, c'était le pire, oui.

Abel Albonetti: Carb Nite, et il y a une semaine, je l'ai fait. Je l'ai fait pendant deux mois et j'ai constaté que c'était la pire chose que je pouvais faire parce que, pour moi, je ne pouvais pas m'en occuper car vous iriez toute une semaine, très pauvre en glucides. Vous ne consommeriez donc pas de glucides en dehors des légumes pendant sept jours. Et je pense que le septième ou le huitième jour, vous pourriez avoir tous les glucides que vous vouliez pour ce jour-là. And so, you'd deplete your energy, you'd feel horrible right around maybe the fourth day. So, you'd start feeling drained and stuff but then on that seventh or eighth day, you could have as many carbs you want and I would pig out, I'd have Pop-Tarts every meal, I would have…

Nick: Every meal.

Abel Albonetti: I mean I would have anything that I craved.

Nick: A warm-up of…

Heather: Droite.

Abel Albonetti: Pasta, pizza, anything that I wanted, that's what I would eat. And I found that, mentally, it was not good for me because I would just constantly think about that day coming up. Okay, if I can only make it to day seven and then…

I would have like buy-ups, stock-up things for the week.

Nick: Just stare at them?

Abel Albonetti: I would go to the grocery store and buy it, put it in my room and be like, "Okay, well, this is for this Saturday."

Nick: I have a date with you Mr. Pop-Tart. I can't wait.

Abel Albonetti: Exactly, so, I mean some people can do it, if you can sit there and mentally make yourself watch how many calories you're putting in because, at the end of … like I said, I did it for two months, and I looked back at progress and stuff and I really didn't see much progress at all because I was trying to lose body fat at the time and that's the reason why I was doing it. I mean I did lose some but it was only until I was restricting what I was eating and, for me, after the seventh day and stuff, if I restricted on that 8th day, I felt horrible, I felt worse because I was like, "Man, I wish I would have ate that when I could have, I should have." And so, I didn't really like that as much.

But now that, I'm, I guess, gotten older, done it for so many years, it's not such a big deal for me to have … if it fits into my macros, I will have certain meals so that I don't feel deprived because I feel if you go on a diet and you're constantly thinking, "Okay, well, I can never have that donut until after my prep," after your prep, you're going to gain so much unwanted body fat because it's in your head and because you can't have it right now, then your body wants it that much more.

Heather: Just fixates on it, yeah.

Nick: Right, and then there's a classic approach to that too, right? Where it's that in-season/off-season mentality where it's like, "Well, if I want to be a truly shredded 180, I have to be a truly sloppy 230 at some point," right?

Abel Albonetti: Yeah, yeah.

Nick: I picture you in the library on Musculation-Experts and on the forum somewhere on BodySpace, that narrative is out there, right? Did you ever bite on that? Like all right, I guess I better just get gigantic if I'm going to get shredded?

Abel Albonetti: Well, the thing is, I honestly, I'm not even kidding when I said I could not get to that much weight, like just because my body wouldn't allow me to. I've only been over 200 pounds this last off season.

Nick: Just touched it, huh?

Abel Albonetti: You just touched it, just like hit the 200 and, before then, I got to maybe, 195 when I was younger and I was not athletic anymore. And I was out on vacation with my family or something and I was like rock climbing. And I couldn't even really…

Nick: Rock climbing at 195 ain't no joke.

Abel Albonetti: And I realized that and I realized that I was not athletic anymore and I hated it, I could not hold my body weight like what I used to do, yeah. So, I said, at that point, I'm never going to get my body up to 200 pounds but, over the years now, I got up to 200 pounds and I was able to build muscle or something, I got bigger so that I was still athletic at 200 pounds. Right now, leaning down for photo shoots and stuff, I'm about 190. So, when I got up to 200, I was not all just a lot of body fat, I was…

Heather: Totally.

Abel Albonetti: So, I slowly, over the years, incorporated a lot more muscle and so, I'm still athletic a whole lot more than what I used to be.

Nick: Sûr. Sûr.

Heather: And I think that touches on something we were talking about before we started which is people see you now and they don't realize that you're 12 years into this, that this isn't something that happened overnight, you just put a picture up and all of a sudden, you're traveling the world as a fitness model, it's like there was a decade…

Abel Albonetti: They don't understand, yeah, they don't understand how long it took me to build my physique, every expo I go to, they come up to me and is like, "How many years you been working out?" And I'm like, "12 years," and they're just like, "Oh," and they just walk off like all depressed and stuff, I'm like, "If you want to look like this, it takes time, it takes effort, it's a lot of hard work."

Nick: Thousands of workouts.

Abel Albonetti: Yeah, and if it only took people a year or two years, a lot more people would be shredded and huge. But, for me, I never cared how long it would take me, it just that that was my goal and I wanted to do that and so, it just turned into something that I loved doing now and 12 years+ now, I'm still doing it and still loving it. But a lot of people think, my physique, I think that's why … the kind of industry has changed a little bit. Now, people, like MuscleTech sponsor me, they used to only sponsor the huge bodybuilders but they want people that look more attainable, like myself, for marketing and stuff, but at the same time, I'm like, "It's still …"

Heather: Still a lot of work.

Abel Albonetti: It's still a lot of work to get…

Nick: Like a decade away.

Abel Albonetti: Yeah, you might not have to go to the extreme levels to get to my physique, but it still takes a very long time to do that, a lot of hard work, dieting all the time, I've never, since the 12 years, have taken off from the gym more than, I would say a week, at all. I've always, even on vacation, I'm in the gym because I love doing it. So, if I go to Cancun or some all-inclusive vacation, I'm sitting there in the gym just about every day working out because I love doing it. It's not for vain reasons anymore, I mean, of course, it helps but I'm addicted to it. And so…

Nick: Well, yeah, you can't imagine life without at this, I imagine. And you have been traveling the world a lot, really, being an ambassador for not only MuscleTech but for muscle in general, right?

Abel Albonetti: Mm-hmm (affirmative).

Heather: Droite.

Nick: We were talking, before the podcast, about it, yeah, in China, in Sweden, and these places that are kind of developing fitness scenes, it's easy to forget, United States, you follow people on Instagram and you think, "Okay, yeah, muscular people are all over the place," but they're definitely not in the rest of the world, right? You stand out quite a bit.

Abel Albonetti: Oh yeah, for sure, I mean I've been traveling a whole lot more, recently, all over the world and, in the US, so many people … you go to the gym in the US and there's so many big people…

Nick: You're not the biggest guy in the gym.

Abel Albonetti: I'm not the biggest guy in the gym, yeah. I don't really stand out in the gym. Now, when I start getting leaned out for a shoot and all that stuff, of course, you stand out because it's a lot more bigger people in the gym than it is ripped and big. There's a difference. But in the other parts of the world, like I went to Sweden this year, China, Dubai, those places are, just now, really starting to pick up in the fitness industry and you'll go to a gym and not one person in there, looks like they've been working out for more than a year which is good, I mean it's starting to pick up but it's completely different. So, when you go over there, being really big and ripped and stuff, people look at you like, "Oh my gosh, where do they come from? It's like a different world." China, I went over there and you're like a celebrity over there.

You'd go over there and people would just look at you like, "Oh, my gosh," you'd walk around at the mall and you'd have a line of people just wanting to take photos with you because you're big. We'd have meet and greets and we would have people stacked out the door trying to meet you because they've never met anyone with muscle like that.

Nick: Were there people who followed you online or were familiar with you, too?

Abel Albonetti: Yeah, there was a lot people that followed you online and stuff, which as different over in China because they have their own social medias. So, they don't have Facebook, Instagram, YouTube. But they could, a lot of them still did but they're not supposed to because I went over and had my laptop and stuff, I would get on their Wi-Fi and I could not get on Instagram, I couldn't get on Facebook, YouTube, everything was blocked. But I guess they have their own way of going through that.

Nick: So, you don't have your own profile on Chinese social media?

Abel Albonetti: I do, so, MuscleTech…

Nick: Oh, for you, okay.

Abel Albonetti: Yeah, a year ago when I got with them, they told me that they're going to create their own social media in China. So, everything I produce over here in America on Instagram, Facebook, YouTube, what they do is grab it, translate it all, put it in all their social medias so I have my own social medias over there that I don't do myself but they just reproduce it and post it. So, that's how they knew me over there, mainly was through different social medias.

Heather: Intéressant.

Abel Albonetti: Sweden was a little bit different, they have YouTube, Instagram, and all that stuff. So, that was really neat going out there and meeting people out there but it is just now really starting to pick up over there. It's so small over there but the gyms are starting to grow, people are actually looking into more fitness now.

Nick: And what sort of questions were you getting in China?

Abel Albonetti: In China? Well, it's hard to … because everyone did not speak English.

Nick: Of course, right?

Abel Albonetti: They told me, at first, MuscleTech was like, "Oh, big cities, everyone speaks English," China did not.

Heather: Non.

Abel Albonetti: No, I would be at the hotel, lost, because they didn't even speak English at the hotel…

Nick: In a hotel, wow.

Abel Albonetti: In the hotels even in the big cities, I was in Beijing and Shanghai, and both those are huge tourist cities and none of them spoke English so if I want to do anything, I had to have a translator at all times. So, when we had people come up and go to the expos and stuff, meet me, and have meet and greets, you couldn't really have any questions because we had so many people there that…

Nick: Just what? Upper chest.

Abel Albonetti: Yeah, so we couldn't really translate everything so it really hard to get any kind of questions but, for the most part, everyone was wanting to know how long I've been working out and all that stuff, so, they just wanted to know…

Nick: Basic stuff.

Abel Albonetti: Like details, basic stuff, it wasn't anything in depth because I really couldn't answer it.

Nick: Hand position on flyes.

Heather: Right, I know, right?

Abel Albonetti: Yeah, it wasn't any of that.

Nick: You say, "Just watch that Bruce Lee movie man, it'll teach you everything you know."

Heather: We live in our own little bubble where we're worried about hand position on flyes.

Nick: Yeah, Bruce Lee will teach you everything you need to know about that.

Heather: Seriously, just Bruce Lee.

Nick: Now, I wanted to ask you about this, either is it NeuFit or "NoiFit"? This thing is…

Abel Albonetti: NeuFit.

Nick: NeuFit, okay, maybe I like Germany too much, I'm going to call it NoiFit, there's this stim unit I've been seeing you use a lot on social media recently.

Abel Albonetti: Yeah, yeah, yeah.

Nick: It looks pretty interesting, I just wanted to know how you got involved with that and how different that is in terms of how it feels and the results you feel like you…

Abel Albonetti: There is nothing like it. So, about a year ago, or two years ago, I moved to Austin, Texas from Memphis, Tennessee. And so, I moved out to Austin, like I said, just about two years ago and about a year ago, when I was in Austin, I started having shoulder issues. I had some rotator cuff issues and I was getting ready for some photo shoots and so I was having some really bad shoulder pain. And I was telling some people at the gym, some friends at the gym that I was having this real bad pain and they told me that, "You need to go see these people at NeuFit," and I was like, "Okay, I'll go in there and check it out or something." So, he contacted the main guy in there and the guy was like, "Hey, come in, I'll take a look at your shoulders but we have some other things that we want you to look at and stuff for training." And he was trying to explain to me, over the phone, what this is.

And I've done the TENS unit and stuff, that little machine that kind of just … and that what it sounded like.

Nick: Droite. For recovery purposes, right?

Abel Albonetti: Yeah, recovery and stuff. And that's what it sounded like because I own one of those at the house. So, I was like, "Okay, this is strange." So, he couldn't really explain to me very well what it was, he told me but I just wasn't getting it.
So, I went in and he worked on my shoulder for a while, and just like doing a lot of pressure points and all that stuff and then he had that machine and he would rub it all over my body to figure out where it would have this certain pain worse than others. So, he would mark it or something and then he would go around and just work on those muscles. At the end of it, it felt great and he was like, "Okay, well, that was trying to help your shoulder, now do you want to train with these things on?" He was like, "Let's do legs or something." I was like, "Okay." So, he took me in the back and there was a full gym and that's not what I was expecting, I was thinking they would hook it up and I would sit there with it on.

He was like, "No, you actually work out with these electrodes on your body." So, what they do is hook you up to these electrodes and they turn this machine on.

Nick: Cuff, right?

Abel Albonetti: Yeah, it's like little pads everywhere. So, let's say I did it on a leg, so, it's padding up my quads and my hamstrings and my glutes. And he turns this thing on and so, I did a full workout, and I think it took 45 minutes. And after this particular workout I did, and I did nothing but bodyweight stuff, so, no weight. I was doing like wall sits and wall squats, and no-weight leg extensions. So, all I would do is just like lift my leg and squeeze up at the top with these electrodes because it makes you squeeze. They say up to like, I don't know, 100 to 200 times harder than what you can on your own. And at the end of that workout I felt like I did a two to three-hour leg workout. And I was sore for, I'm not even kidding, a week after. I could not walk the next day, it was so bad. So, I was like there's something to this.

Nick: Droite.

Abel Albonetti: They say that machine actually hooks… you hook it up and like I said, it makes you contract those muscles so much more than what you can naturally.

Nick: So, you have cables and stuff hanging off of you?

Abel Albonetti: Cables and yeah, hooked straight up to that machine. And it makes you just contract and you don't have to use as much weight as you would if you were using, you know like without it. So, it's good for helping injuries and stuff because you have to drop the weight by literally half, to even lift the weight because it just locks you up almost.
It's a different kind… Like I was saying, the TENS unit, it's a different kind of current, see. So, the TENS unit, they say you can't actually work out through the current because you'll end up tearing your muscle because it's fighting, so, all it does is like tenses the muscle and releases it. This machine actually uses the same current that your brain uses to fire your muscles, and so…

Nick: D'accord.

Abel Albonetti: …that is why you're able to contract throughout that current, see.

Heather: Intéressant.

Abel Albonetti: Yeah, so, it's very interesting and I've been doing it for over a year now, and have…

Nick: With weights as well as body weight.

Abel Albonetti: With weights. So, I'll go in there and strap those things on now and squat with weights or bench press, everything. I mean every muscle group, I will have like you know, doing bench press or anything. So, you actually use weight with this thing on. So, you're getting the benefit of using weight, plus the machine. I've seen major muscle gain with this, with nothing else changing, So, I know it has to help.

Nick: And if you go online and look this up, NeuFit, it's still marketed primarily as a recovery tool.

Heather: Droite.

Abel Albonetti: Il est. Because the machine…

Nick: So, you're sort of like their Frankenstein?

Abel Albonetti: Exactly, exactly.

Nick: Like, "Now we get to experiment on a real bodybuilder."

Abel Albonetti: Yeah, because they've been doing it, they've been training themselves and stuff on it for years because like you said, it was for recovery. It's for people going in there with like a torn muscle or something and they're having to, let's say they have a torn chest or something. They're gonna go in there and get the work done to kind of help that muscle to recover and stuff. But, over the years they've been training themselves.
So, they wanted me to come in so that they could actually kind of do like a research to see how this could work in bodybuilding. And now, it's been going global. They have people, they've been helping all kinds of big athletes like baseball players to pro bodybuilders come in there now. To go in there and give this a shot, and they love it, because it's something that a lot of people haven't seen before.

Nick: Droite.

Abel Albonetti: You can't really understand the feeling until you actually get hooked up to this thing. I tell people all the time, you can watch my videos and stuff, but you don't understand pain until you get under this machine. And for me, I love that. Because when I did it that leg day, it hurt insane bad but I loved it. So, ever since that day I was like, okay, I'm addicted.

Nick: Droite.

Heather: Droite.

Abel Albonetti: Because if it works, I'm gonna keep doing it. And it does.

Nick: How is that different in terms of the sensation, or how it feels afterwards, from doing BFR, Blood Flow Restriction training? Which, I've also, seen you do.

Abel Albonetti: Yeah. So, I still do blood flow, I even do blood flow with that machine, as well.

Nick: Oh, really? Oh, my god!

Abel Albonetti: So, the combination is just unreal, unreal. I don't know, the pain and the soreness is different. Like this soreness is like…

Heather: Whoa.

Abel Albonetti: Punched the mic.

Heather: You're good.

Abel Albonetti: No, the pain is like to the bone. I mean you're sore forever.

Nick: Still, you keep doing this and you're still getting that soreness?

Abel Albonetti: I'm still sore. Yeah, like even, well, I haven't been there because I've been traveling so much these past weeks. So, I'm gonna go in there this Monday and I promise you…

Nick: Oh, man, you're gonna get destroyed.

Heather: Oh, yeah, you gotta film that for everybody.

Abel Albonetti: I'll be sore for over a week and stuff. And I really mentally have to tell myself, okay, you need to calm down. I don't need to work out that hard when I'm in a cut. You know when I'm very low calories or something, because at that point I get too sore, and I'm sore for over a week. And at that point I am overdoing it.

Nick: Droite.

Abel Albonetti: But I love doing it when I'm trying to build muscle when I'm having more calories because I can recover faster. Because if you don't have the calories going in and you do those super hard workouts at NeuFit and stuff, I mean it makes my other workouts, it hinders my other workouts.

Like if I go in there and even do, I'm not even kidding when I say I go in there and do legs, and do my calves, and I go the next two days later trying to do shoulders. That even hurts because getting the dumbbells off to launch them up, I can't do it. I'm not kidding, when…

Heather: The two furthest possible… together. Yeah.

Abel Albonetti: I cannot walk literally because my calves are so sore.

Nick: That's really interesting because you think of something like a stim unit, even if it's a totally different kind of stim unit. It's not the sort of thing that's really going to boost muscle damage, you would think. Droite?

Abel Albonetti: Droite.

Nick: So, is just the pump and the contraction so intense that it's giving the muscle… damaging from inside? Like it's exploding?

Abel Albonetti: Yeah, Yeah. What it's doing, it's tearing up more muscle fibers.

Nick: It actually does succeed?

Abel Albonetti: Yeah, that's what they're saying.

Nick: Intéressant.

Heather: And really, bodybuilding is the perfect market for that, because I can't think of another group of people that would willing go through so much pain.

Abel Albonetti: Oh, yeah, for sure.

Heather: Something like that, you know?

Abel Albonetti: Exactly, exactly. And before then it was all about trying to help people recover. Get that motion back. So, if, someone tore their bicep they could hook up that machine where it makes that muscle contract. So, it teaches that muscle to contract again. So, those people are willing to go through pain because they wanna see their arm work again.

Heather: They wanna recover.

Nick: Droite.

Abel Albonetti: Droite. But then they found out that it could work on bodybuilders, as well. And bodybuilders want to go through that pain. If you're like me, that's wanting to see results and stuff, you don't mind going through some major pain, if it's a good kind of pain.

Heather: Droite.

Abel Albonetti: Oh course, if I'm going in there and tearing muscles and stuff because of this thing, then I would never do it. But, what's great about it is, what I was saying is, you're able to use lighter weight but get the same benefits. And that's the same thing with blood flow restriction, that's why it's so great, is because when you do blood flow, you wanna drop the weight by half…

Nick: At least.

Abel Albonetti: Yeah.

Nick: Yeah.

Abel Albonetti: At least. And then you go for the pump, so you're not running the risk of using extremely heavy weight. And when you're in a low percent body fat, low calories, you have to really watch that or you're gonna end up tearing muscles if you go in there and just go crazy heavy weight.
Because when you're in the off-season, when you're having tons of calories, your body can recover a whole lot more. So, you're able to lift heavier weight throughout the duration of your workout. But, when you're lower calories and stuff, in the back of your mind you really have to pay attention to your body, so you don't hurt yourself. Because, that's the main goal. If you hurt yourself, that's gonna put you way behind.

Nick: Droite.

Abel Albonetti: Months behind. Years behind. So, for me, I just try to stay injury free.

Nick: Sure, sure.

Abel Albonetti: And that's my main goal.

Nick: And if you're carb cycling or something as well, having an epic, heavy arm day is pretty different than alright, you know, I can have a pretty efficient BFR, biceps and triceps day.

Abel Albonetti: Yeah.

Nick: Hmm. So, speaking of being willing to go through pain, we should probably talk about your ab program you're here for.

Heather: We should talk about our ab program, yeah.

Nick: So, I'm sure you get asked about abs all the time.

Abel Albonetti: Oh oui.

Nick: Historically, how often have you trained them, and what's been your approach that you feel like has been the most successful for you?

Abel Albonetti: Well, I went through all different programs with abs. Years back, when I first started getting into fitness and stuff, wanted to see my abs, I worked my abs every single day, pretty much. Because back then it was like, okay, well abs are one of those muscles that can recover very quickly.

Nick: Droite.

Abel Albonetti: So, I would work 'em after every single workout for about 15 to 20 minutes. That would either be lying leg raises, crunches, all those things. I would do all different movements, but I would do them every day. And then later on, I did that for like three years. I saw tons of results doing that, I mean I was able to…

Nick: Droite.

Abel Albonetti: …build muscle, of course.

Nick: Right, there is a case for that.

Abel Albonetti: Yeah, there's a case for that, but I wasn't using really heavy weight or anything. So, I wasn't doing anything crazy, where I was like sore. Because if I do that ab workouts that I do now, and if I did that every single day, it would be completely different, because I found the best results were actually using heavier weights, and working the abs just like any other muscle group. So, that meaning, doing in the 12-to-15 rep range–actually using some resistance. Now, some exercises you don't have to use weight to get 12 reps, 15 reps. A lot of people can't do hanging leg raises more than 12 reps anyway.

So that's, to me, considered like working any other muscle group.

Heather: You're still lifting weight. I mean, those legs aren't light.

Abel Albonetti: Yeah, you're lifting weight. Yeah, right. Exactement. Or doing like sit-ups and stuff, a lot of people can't even do like a true, on a decline bench, do true sit-ups for more than those amount of reps. So, I would consider that being weighted. So, that is where I really found that benefits in my abs. Getting the big, chiseled abs.

Nick: Droite. But the difference between like, "Oh, I think I see one," versus "Oh, there they are. Oh, I see 'em!"

Abel Albonetti: Oui exactement. So, now, what's amazing is, now that over the years building up my abs, my core, I'm able to go higher percent of body fat, live in a higher percent body fat, but you can still see my abs just about year-round. Even when I'm in an off-season because of how big my abs are now, because I built bigger abs. Now, back then when I was younger, when they're not well-developed, I would have to be pretty low body fat to actually see 'em. Because a lot of people get confused, they think that if they want abs they're gonna have to go in there and do crunches all day long, and they can somehow lose body fat around their abs. Now, that's gonna come from overall body fat loss.

Nick: Droite.

Abel Albonetti: And then you gotta think, body fat is a different tissue than muscle. When you're new to it, I mean I was the same way, I was thinking, okay, back then, if I crunch, all that fat is gonna turn into muscle.

Nick: You're just gonna chew it up.

Abel Albonetti: Somehow.

Heather: That's just gonna convert.

Abel Albonetti: Yeah, it's just gonna convert. Exactement.

Heather: Yeah.

Abel Albonetti: And that's what a lot of people think. And then over the years, of course, I found out, I was like, oh, well…

Heather: Yeah.

Abel Albonetti: That has nothing to do with it. And, so, I found that working abs, like any other muscle group, let it recover, is the best way to get results.

Nick: Still more frequently than say, legs or back?

Abel Albonetti: Oh, for sure, more frequently.

Heather: Because it's a slow-twitch muscle group.

Nick: This is a two-on, one-off program?

Heather: Two-on, one-off. So, you end up doing abs four to five days a week. Which is a lot of volume for abs.

Nick: Yeah. But it's a specialization program, too, to a certain degree. Droite?

Abel Albonetti: Oh, for sure. It's for a particular amount of time and stuff. Yeah. Any program that I do or anything, even other muscle groups, I will go really high-volume for… They call it an over-reaching phase. So, you really just pound out your body and then you give it a recovery phase, and that's with any muscle group. So, if I'm wanting to build, let's say my quads, I'm gonna pound it out super hard for a given amount of time and then let them rest. You know, that's great to do.

Nick: You think that four weeks, sort of one month, timeframe is a good over-reach?

Abel Albonetti: Yeah, I think so. Sometimes over-reaching can be, if you do a phase for even a week or something.

Nick: Droite.

Abel Albonetti: That's for more like, huge muscle groups. That's more for like your legs, your back, or something. But for like your abs and your calves, smaller muscle groups, your arms, you can work those a whole lot more and over-reach a whole lot more before they just say, enough is enough.

Nick: Droite.

Heather: I'm excited for this. We should do this as a challenge, because I've never actually had abs before.

Nick: You were a physique competitor!

Heather: You can look at the pictures. I didn't have abs. I'm a hardgainer in the abs and the calves. Like, I can't… I don't get…

Nick: D'accord. Heavy weights.

Abel Albonetti: Mine's calves.

Nick: Heavy weights. We need to have like a cable-curl powerlifting competition to see who … I don't know, you get pulled back, somebody get thrown through the roof, I could see.
Have you tried the NeuFit on your abs?

Abel Albonetti: Oh oui.

Nick: Oh, really?

Abel Albonetti: Yeah.

Heather: Voilà.

Nick: Oh, my god! You can't leave the bed if your abs don't work though.

Abel Albonetti: Yeah, really. I don't know if you've ever heard of the machines that they hook up to men to get the same contraction that like when you're in pregnancy.

Nick: Oh no? No, but that sounds…

Heather: That's a thing?

Abel Albonetti: That's exactly what it is.

Heather: Wow!

Abel Albonetti: Because your abs just squeeze so hard that you just lock up, and that's exactly what…

Nick: And you thought you were having a baby. Oh, my god! Wow! D'accord.

Heather: Appreciation.

Nick: So, when you hook it up, so what do you do?

Abel Albonetti: You can just sit there and let the contractions… What it does… They can have it different ways. They can have the frequency just go through the motions so you can go… so, it's just on. So, you can either do ab roll-outs, you can do crunches, or, they can turn it on where it's a five-second contraction, and then it pauses for like five seconds, so, it releases.

Nick: D'accord.

Abel Albonetti: So, at that point, you would want to do like a crunch, hold it for those five seconds, or a sit-up, and then go back down during the releasing phase.

Nick: And you feel like it touches the deep abs, as well?

Heather: Sensationnel.

Abel Albonetti: Oh oui.

Nick: Or just more superficial?

Abel Albonetti: You can hook it up all over, so the obliques, the abs, and everything.

Nick: Je ne sais pas. It sounds to me a little bit like that scene in The Princess Bride, where they have them hooked up to the machine and they just keep turning it up.

Abel Albonetti: Oh oui. I don't work abs as much as what I … I don't work it as much at NeuFit.

Nick: Droite.

Abel Albonetti: Just because it makes me so sore that, your core muscles, your abs…

Heather: You need 'em for everything.

Abel Albonetti: You need 'em throughout the week.

Nick: Breathing!

Abel Albonetti: Yeah, you need 'em throughout the week. So, if I go in there and do a deadlift session, I need those to be not just deathly sore.

Nick: Droite.

Abel Albonetti: Then the same thing with squatting. It uses your core a whole lot. So, I don't need to be completely just dead throughout the week, because it is gonna mess up my other workouts.

Nick: Yeah.

Heather: That is one of the cautions of working too hard, or overtraining, is that…

Abel Albonetti: Yeah.

Heather: Your body moves around pain and that's when you get injured.

Abel Albonetti: Droite.

Heather: So, you have to be very careful.

Abel Albonetti: Oh, for sure. Oh oui.

Nick: So, what's next for you then? You've been traveling. Now you're back. What's the next plan?

Abel Albonetti: Ah, the next plan, so, I get back this Saturday, and then the next week we have MuscleTech coming to my house. They're doing a "Why I Lift" campaign.

Nick: D'accord.

Abel Albonetti: So, they're gonna come out there and film how I got started, what I'm doing now, so, kind of just my life, in general.

Nick: Cool.

Abel Albonetti: So, they'll be out there for three to four days. And then, I'm gonna be going back to China. I think the next month. And a whole lot of different photo shoots and stuff. This is when I try to, when I'm leaned up, try to do all my photo shoots and everything for pretty much the rest of the year and stuff. And then I pretty much have to stay in shape until about August or September. So, I get in shape for like March, and then stay in shape until about September-ish, and then I'll have that off-season where, holidays and stuff. It's a great time to have that off-season.

Nick: Sûr.

Heather: Oh oui.

Abel Albonetti: Because spending time with family and stuff, it's a good balance. You know, you gotta have that balance in life. It's just a lot of traveling right now.

Nick: D'accord.

Abel Albonetti: I really enjoy it. It's just, we were talking earlier and we were saying how a lot of people get this mindset that it's just so easy having this life. And I'm not complaining, I love it. This is what I wanted to do. This is what I love doing. But, it is tough.

Heather: It's a lot of hard work.

Abel Albonetti: It's a lot of hard work. When you go to expos all day long and still have to do cardio in the morning for forty minutes, then you have to go work out afterwards, and then by the time you get back to your hotel, you're going five in the morning all the way up until 9:00pm at night, and then when you get back, I have to edit videos, because it's all about social media these days, so I have to constantly work on that. And then I'm up until 11:00pm, go to sleep, and start all over again at 5:00am. So, this week has actually been amazing because I've been getting around seven hours asleep. And that's the most I've been getting in months now. Because when you do all that, you have to train still. So, no matter how long your days are at expos, meeting people, doing photo shoots, video shoots, I still have to go train myself and do cardio. Because if I don't, that's my job.

Nick: Right, exactly.

Abel Albonetti: Now it's my job, so, it's that much more pressure.

Nick: The best thing about coming to Musculation-Experts is, we make you do like five workouts a day.

Abel Albonetti: Oh, yeah, for the…

Heather: Bien.

Abel Albonetti: …past two days I've already done six workouts. Yeah.

Nick: So, you're ahead.

Heather Eastman: And he's still smiling.

Nick: You're ahead a few days. Well, Abel thank you for coming and talking with us.

Abel Albonetti: Oh, yeah, thank y'all so much.

Nick: Where do we find you aside from the Chinese Government social media?

Abel Albonetti: Oh yeah, no, no, you can find me on Instagram @AbelBodyGym. Facebook and YouTube is just "AbelAlbonetti".

Nick Collias: D'accord. Génial. And look for Thirty Days to Your Best Abs [« 30-Day Abs with Abel Albonetti »] on Musculation-Experts All Access soon, as well. Thanks for chatting with us.

Abel Albonetti: Oh, yeah, awesome.

30-Day Abs With Abel Albonetti

If you want to learn how to get abs once and for all, this is the program for you. Work hard, eat right, and see the results in the mirror!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *